Extrait de:

- EN LIGNES 27 p 7 et 8.
- EN LIGNES 28 p 4 et 8.

 07-14 avril 1996

GRAND VOYAGE PFT EN POLOGNE

 

Préliminaires 

En avril 1993, le PFT organisait son premier voyage hors des frontières nationales. Le choix de la destination n'avait à l'époque guère posé de problèmes. L'achat en Pologne de la locomotive à vapeur 26.101 par quelques membres de l'ASBL leur avait fait découvrir un pays fabuleux pour tout amateur de chemins de fer qui se respecte. Ce voyage fut un réel succès : variété des machines sous pression, nombreux panaches, choix pertinent des arrêts-photos, soleil et ambiance excellente.

Trois ans plus tard, les mêmes organisateurs décidaient de renouveler l'expérience. But du voyage, comme en 1993 d' ailleurs : Wolsztyn, une petite bourgade située à 100 km environ de la frontière allemande et à 80 km au sud-ouest de Poznan. Cette ville de 13.000 habitants ne présenterait de prime abord aucun intérêt, si ce n'est à la rigueur son lac; elle est toutefois devenue célèbre auprès des ferrovipathes de par la présence du tout dernier dépôt de locomotives à vapeur à voie normale encore utilisées en service régulier en Europe.

Le but de cet article est d'essayer de synthétiser les activités qui ont été proposées aux quarante participants. Les lecteurs intéressés par une description plus précise du pays visité et de ses principales caractéristiques pourront utilement se référer au compte-rendu du voyage organisé en 1993, publié dans les numéros 15 à 17 de EN LIGNES. Il en est de même pour la présentation des Chemins de fer polonais (PKP- Polskjè Koleje Pantswowe) et des principales séries de locomotives qui sont inscrites à sou inventaire. 

 

1. Dimanche 7 et lundi 8 avril 1996 

La différence majeure entre les deux voyages organisés vers la Pologne a trait au mode de déplacement des participants. Alors qu'en 1993, le car avait été choisi, cette année, c'est le train qui a été préféré. Et c'est tout naturellement que les quarante participants inscrits au périple se sont retrouvés le dimanche 7 avril aux alentours de 15h30 à la gare de Bruxelles-Midi en vue d'embarquer dans le E241 "Ost-West Express" Bruxelles-Cologne- Varsovie-Kiev.
C'est à 15h55 précises que la 2750 et ses six voitures quittent la principale gare de la capitale en direction de Liège-Guillemins et d'Aachen, où deux locomotives de la série 112 basées au dépôt de Berlin-Hbf prennent le relais. Alors que les plus endurcis se documentent en lisant la brochure préparée par le rédac'chef de EN LIGNES ou "discutent le coup" en se rappelant des souvenirs "fumants" de 1993, d'autres tentent de se reposer en prévision d'une journée du lundi qui risque de s'avérer épuisante.

Nous arrivons à Frankfurt/Oder vers 3h00. Là, une impressionnante armada de policiers et de douaniers munis de cachets et de timbres à date divers vérifient les passeports. Toutefois, pas besoin cette fois ci de bac de bière pour franchir la frontière! Il faut d'ailleurs remarquer que la gare de Frankfurt a fortement changé de physionomie en quelques années : l'aspect le plus marquant est certainement I' absence de grillages si caractéristiques (du moins avant le processus de démocratisation de l'ex-bloc de l'Est). Après ce "sympathique " petit intermède, c'est au crochet de la locomotive diesel SU45-225 (une Co'Co' de 1700 CV, appartenant à une série de 265 machines construites de 1967 à 1977) que nous prenons la direction de Rzepin (prononcer Gepin), où nous arrivons quelques minutes plus tard, à 4h08 précises.

Nous y sommes accueillis par le deuxième organisateur attitré du PFT, parti en éclaireur quelques jours plus tôt. Il s'est débrouillé pour que nous puissions bénéficier d'un petit déjeuner hautement réparateur. Mais déjà, le soleil commence à pointer le bout de son nez (il se lève très tôt à l'est), et les appareils photos sortent peu à peu des sacs; il est ainsi possible de fixer sur la pellicule les engins diesels et électriques de l'annexe-traction de Rzepin, subordonnée à l'atelier de Zbaszynek. Sont tout particulièrement repérées, quelques EU07 et ET22 (les deux séries de locomotives électriques les plus populaires en Pologne), une doublette d'EN57 (les automotrices triples c1assiques du réseau à la livrée jaune et bleue) et une EP09, soit la demi ère série de machines électriques livrées et destinées à la traction des trains à grande vitesse (l60 km/h).

Mais à I 'horizon, un panache de fumée est observé: la Ty2-406 du dépôt de Wolsztyn est en effet annoncée et vient 'se mettre en tête du train spécial PFT composé pour la circonstance de trois voitures de deuxième classe. Plus besoin de présenter les locomotives Ty2 tant elles sont célèbres en Europe puisqu'elles appartiennent à la série des Kriegsloks BR52 construites à plus de 6000 exemplaires pour les besoins de la Seconde Guerre mondiale. Rappelons que la 26.101, la machine à vapeur du PFT, appartient à cette série.

C'est à 8h05 que le train M44640 quitte Rzepin en direction de WoIsztyn, par le chemin des écoliers, mené par une équipe de conduite du PFT! Nous empruntons en effet dans un premier temps la ligne 335 en direction de Miedzyrzecz, qui n'est actuellement plus exploitée en régime voyageurs; chez nous, elle pourrait être assimilée à une ligne à exploitation simplifiée. Elle a conservé tout son charme d'antan, à savoir les signaux mécaniques, les poteaux télégraphiques, les châteaux d'eau, les gares et les postes de signalisation typiques, etc. Elle présente de plus la particularité de traverser des paysages variés où se succèdent dunes, forêts, plaines et lacs, Elle est bien entendu propice à de nombreux arrêts photos orchestrés de main de maître par l'organisateur selon un principe bien précis : à chaque arrêt, les voyageurs sont débarqués, se mettent en place pendant que le train refoule; celui-ci effectue alors un passage en plcine puissance puis un arrêt d'urgence. C'est au pas de course que les photographes regagnent ensuite le train. Une telle opération s'est répété des dizaines de fois tout au long du voyage!

Nous arrivons à Miedzyrzecz avec deux heures de retard, ce qui perturbe le programme de la journée mais nous permet de découvrir du matériel diesel d'origine roumaine en tête de rames omnibus à deux niveaux. Nous repartons ensuite via la ligne 343 vers Zbaszynek (ex-Neu Bentschen), où nous visitons l'important dépôt, puis vers Zbaszyn (ex-Bentschen). De là, nous empruntons la ligne 328 vers Wolsztyn, où nous arrivons fourbus vers 18hOO, après environ 10 heures de trajet, 124 km et une trentaine d'arrêts-photos. Nous sommes alors conduits vers notre hôtel, où nous est servi le repas du soir.

 

2. Mardi 9 avril 1996

Cette deuxième journée s'annonce passionnante puisqu' elle met en scène, dans un premier temps, la machine Pm36-2, et ensuite, la fabuleuse Ty51. La Pacific Pm36-2 est une des plus prestigieuses locomotives à vapeur des PKP. Les deux machines de la série Pm36 ont été construites en 1937. La Pm36-1 s'est retrouvée en URSS après la guerre et a été démolie en 1952. Quant à la Pm36-2, c'est en Autriche qu'elle se trouvait à la fin de la guerre; elle a été restituée aux PKP en 1947. A sa mise hors service, elle fut exposée au musée de Varsovie; c'est à l'occasion du 150ème anniversaire des Chemins de fer polonais qu'elle fut restaurée par les ateliers de Pila. Depuis lors, elle assure des trains spéciaux (voire même sporadiquement des services réguliers) au départ de Wolsztyn.

Vers 8h30, notre train spécial M33640 quitte Wolsztyn en direction de Leszno, à 47 km au sud-est. Ici aussi, de très nombreux arrêts-photos (avec départs simulés) sont prévus dans les endroits typiques de la ligne. Il faut savoir que la plupart des lignes secondaires polonaises sont encore exploitées "à l'ancienne ", et dès lors offrent la possibilité d'observer de nombreuses curiosités que les organisateurs PFT ont toujours eu le soin de mettre en évidence. Ajoutons à cela que le hasard permet également de saisir des clichés originaux, tels par exemple, celui d'un paysan labourant son champ avec un cheval et qui, pour 20 zlotys (260 FB), a accepté de poser à côté de la Pm36!

Nous arrivons à Leszno vers 13hOO où l'opportunité nous est donnée de visiter le dépôt, responsable de l'entretien de locos électriques ET22 et de petites séries de locotracteurs. Une curiosité est visible à l'intérieur de l'atelier, à savoir la Ty2-1086 qui assure la chauffe du bâtiment. Nous repartons ensuite vers Koscian (comme dirait Richard, le chanteur larmoyant ... ) en empruntant la ligne 330 Wroclaw-Poznan, puis vers Grodzisk Wielkopolski via la ligne à exploitation simplifiée 329. A l'entrée de cette gare, nous avons la chance de photographier un parallèle entre la Pm36-2 et un "voyageurs" régulier Poznan-Wolsztyn remorqué par une 0l49.

De Grodzisk Wielkopolski à Wolsztyn, c'est la Ty51-223 qui prend la relève. Les Ty51 sont les plus grosses locomotives à vapeur des PKP, conçues sur base des Ty246 d'origine américaine. Elles étaient destinées à remorquer des trains de 2000 à 2400 tonnes en rampe de 8 ‰. L'alimentation du foyer se fait à l'aide d'un stoker. 251 machines furent construites de 1951 à 1957, dont 210 pour les PKP. Leur puissance est de 2160 CV, leur vitesse maximale de 80 km/h; la disposition d'essieu est du type 1-5-0. Ces 29 kilomètres resteront dans la mémoire des participants comme parmi les plus formidables du voyage, et cela en raison de l'impression de puissance dégagée par cette locomotive Ty51.

 

3. Mercredi 10 avril 1996

Cette troisième journée est décrétée journée libre par les organisateurs du voyage. Dans la matinée, il est proposé aux participants de suivre les trains réguliers vapeur, à l'aide d'un autobus spécialement affrété pour l'occasion. C'est ainsi que nous partons à la poursuite du train de marchandises Tklm 11185 Wolsztyn-Grodzisk, remorqué par la Ty2-406; nous assistons également aux manœuvres qui sont réalisées en cours de trajet. Nous en profitons également pour fixer sur la pellicule 1'0l49-69 en tête d'un train en direction de Wolsztyn. Rappelons que les 0l49 encore sous pression sont les survivantes d'une série de 113 locomotives construites à Chrzanow; elles sont du type 1-3-1, aptes à la vitesse de 100 km/h et développent une puissance de 1290 Cv.

Après ces quelques photos, notre bus prend la direction de Poznan, et plus particulièrement d'un dépôt de la société des transports urbains MKP. Le réseau de la ville de Poznan compte 13 lignes de tram (tension de 600 volts continu), atteignant une longueur totale de 57 km. Le matériel est entretenu dans quatre dépôts et ateliers; 3200 personnes y sont employées. L'occasion nous est donnée de traverser la ville à bord d'un vieux tram datant de l'immédiate après-guerre, n est intéressant de remarquer l'évolution des villes polonaises qui ont, de prime abord, bien réussi à s'intégrer dans l'économie de marché : à remarquer tout particulièrement les nombreux magasins, dont un dédié à la [me gastronomie de très haute qualité, à savoir un Mac Donald's ... ! Après ce petit intermède, nous prenons la direction du dépôt de Poznan, situé en face des anciennes usines Cegielski, un des principaux constructeurs de matériel ferroviaire des PKP. Nous pouvons voir sur la plaque tournante l'0l49-81 en attente d'un service vers Wolsztyn, ainsi que divers engins Diesel. Maïs bien vite, nous nous dirigeons vers l'atelier de Poznan Franowo, situé à une quinzaine de kilomètres du centre-ville. L'occasion nous y est donnée d'observer et de photographier moult EV07, ET22, ET4J (locos électriques doubles) et surtout ST44, des Diesel de construction russe connues également sous le nom de Gagarine ou de Taïga Trommel, en attente d'être ferraillées. A remarquer tout particulièrement des cheminots PKP munis d'un tournevis destiné au démontage des plaques de constructeur : celles-ci se revendront ensuite aux amateurs belges au prix fort de 70-80 zlotys (environ 1000 FB); voilà en tous cas des gens qui ont le sens du commerce et qui ont très bien compris la loi de l'offre et de la demande! Nous rejoignons ensuite la gare principale de Poznan-Glowny où, avant de reprendre la direction de Wolsztyn, nous pouvons photographier des trains de voyageurs réguliers remorqués entre autres par des EU07 et EPOS (la version rouge "140 km/h" des EU 07, qui arbore pour la circonstance une livrée orange). Le retour à Wolsztyn se fait par le chemin des écoliers, puisque nous faisons un petit détour par Smigiel, situé le long de la ligne à voie de 75 cm qui relie Stare Bojanowo (sur la ligne Poznan-Wroc1aw) à Wielichowo (à une vingtaine de kilomètres de WoIsztyn).

 

4. Jeudi 11 avril 1996

Comme trois ans auparavant, une journée exclusivement consacrée à la voie étroite a été prévue par les organisateurs. Il faut savoir que celle-ci s'est développée à partir de 1920 à travers toute la Pologne, principalement dans les régions rurales. Cinq écartements étaient observables : 600, 750, 760, 785 et 1000 mm. En 1945, 3898 kilomètres étaient recensés. Actuellement, subsistent dans la région dite de la "Grande Pologne" quelques lignes tant en traction vapeur qu'en Diesel.
Cette journée va malheureusement être gâchée par un temps pluvieux et froid. Qu'importe, le programme compte la visite de trois lignes. La première relie en voie de 75 cm les gares de Stare Bojanowo et Wielichowo. Elle voit circuler des trains de voyageurs assurés par des autorails de construction roumaine, ainsi que des trains de marchandises composés d'une locomotive Diesel, elle aussi roumaine, et de trucks porteurs.
La seconde étape nous mène à Zaniemysl où nous embarquons dans un train de voyageurs régulier (!) qui va nous emmener vers Sroda Wlkp (située sur la ligne Poznan-Jarocin). Ce train est tracté par la Px48-1726, une petite locomotive à vapeur à quatre essieux moteurs (0-4-0) accouplée à un tender à bogies (2'2'). Cette série a été construite de 1950 à 1955; la puissance des engins est de 200 CV, leur vitesse maximale, de 35 km/h. A chaque gare, un arrêt photo est organisé, si bien que les 14 km du parcours sont parcourus en 1h25' au lieu des 57' prévues à l'indicateur! A Sroda, nous bénéficions de quelques minutes supplémentaires pour visiter le pittoresque petit dépôt. n va de soi qu'une telle exploitation est, hélas, intenable à notre époque; d'ailleurs, les PKP ont supprimé le trafic au service d'été (juin 96).

Jean-François HUART. 

 

i3407

i3412

i3525

i3534

i3605

i3613

i3618

i3626

i3707

i3815

i3829

i4011

i4122

i4222

i4224

i4232

i4236

i4306

i4319

i4332

i4420

i4431

i4510

i4523

i4603

i4605

 

© PFT-TSP Reproduction interdite sans accord de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mars 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Agenda

samedi 06 avril 2019
09:00 - 14:00
Musée / Museum "Rétrotrain" ouvert / open
dimanche 07 avril 2019
12:00 - 18:00
Jour de circulation Autorail / Rijdag Motorwagen - 12:00-18:00
dimanche 14 avril 2019
12:00 - 18:00
Jour de circulation Autorail / Rijdag Motorwagen - 12:00-18:00
mardi 16 avril 2019
10:00 - 11:59
Boutique PFT à / TSP-Boetiek te Saint-Ghislain
dimanche 21 avril 2019
12:00 - 18:00
Jour de circulation Autorail / Rijdag Motorwagen - 12:00-18:00
lundi 22 avril 2019
12:00 - 18:00
Jour de circulation Autorail / Rijdag Motorwagen - 12:00-18:00
samedi 27 avril 2019
11:30 - 15:00
Le BOCQ Gourmand
dimanche 28 avril 2019
11:30 - 15:00
Le BOCQ Gourmand
mercredi 01 mai 2019
12:00 - 18:00
Jour de circulation Autorail / Rijdag Motorwagen - 12:00-18:00
samedi 04 mai 2019
09:00 - 14:00
Musée / Museum "Rétrotrain" ouvert / open
Aller au haut